AccueilPortaliFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Zbuloni kush ka deshire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Perparimi
Admin


Numri i postimeve : 14979
Registration date : 30/04/2006

MessageSujet: Zbuloni kush ka deshire   Lun 1 Sep - 5:14

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://diskutime-shqiptare.fr-bb.com
Perparimi
Admin


Numri i postimeve : 14979
Registration date : 30/04/2006

MessageSujet: Re: Zbuloni kush ka deshire   Lun 1 Sep - 5:34

http://newagedawns.com/indx.php?
http://skenderhushi.net/librat/ATLANTIDA%.20shqip


NAISSANCE ET ÉVOLUTION DE L'ALCHIMIE
L'alchimie est né à Alexandrie vers le 9e siècle av. JC. Les alchimistes cherchaient alors à fabriquer, à partir de métaux divers, le métal parfait que serait l'or. Simultanément, une école d’alchimie se développa en Chine dont le but était également de découvrir des procédés d’obtention de l’or.

Un peu plus tard, une autre école d’alchimie fleurira en Arabie de 750 à 1258. Le premier ouvrage connu issu de cette école est le Summa Perfectionis "Sommet de la perfection", attribué au scientifique et au philosophe Geber. Cet ouvrage est le plus vieux livre sur la chimie à proprement parler. Il décrit toutes les connaissances et croyances de l’époque.

Héritiers des connaissances antiques, les alchimistes arabes travaillaient avec l’or et le mercure, l’arsenic et le soufre, les sels et les acides. Ils utilisaient différents procédés tels que la distillation dans les alambics, la sublimation ou la cristallisation.

L’alchimie issue de l’Arabie se développa à travers l’Espagne et l’Europe. Les premiers travaux connus de l’alchimie européenne sont ceux de Roger Bacon et d’Albert le Grand. Ils cherchèrent à fabriquer ou à découvrir une substance, la pierre philosophale, plus parfaite encore que l’or, et qui pouvait être utilisée pour amener les métaux de base jusqu’à la perfection de l’or.



UNE QUÊTE SPIRITUELLE
Mais l'alchimie est aussi une recherche spirituelle et demandait de ce fait une initiation à ses mystères... Le concept fondamental de l’alchimie dérive en effet de la doctrine selon laquelle toute chose tend à atteindre la perfection. Les corps sont alors classés en solides, liquides et vapeurs, et selon leur couleur.

Les textes alchimiques décrivent le processus de la fabrication de la Pierre Philosophale. Ces descriptions ne sont pas linéaires par rapport au processus opératoire, et il arrive souvent qu'un ouvrage ne livre qu'une ou plusieurs parties du "Grand Œuvre". Le processus opératoire est alors décrit de manière codifiée. Les alchimistes utilisent par ailleurs de nombreux symboles pour permettre au chercheur de faire les recoupements nécessaires, le lecteur apprend alors à édifier un système philosophique dans lequel l'alchimie prend tout son sens.



LA TABLE D'ÉMERAUDE
La table d'Émeraude est le texte fondamental de l'Alchimie. Attribuée à Hermès Trismégiste "le trois fois grand", elle contient les préceptes de l'hermétisme. La figure d'Hermès Trismégiste fut associée à une divinité égyptienne, Thot, et considérée comme la divinité de la Magie.


Paroles des arcanes d’Hermès : "Il est vrai, sans mensonge, certain et très véritable : ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ; par ces choses se font les miracles d'une seule chose. Et comme toutes les choses sont et proviennent d'un, par la méditation d'un, ainsi toutes les choses sont nées de cette chose unique par adaptation. Le Soleil en est le père, et la Lune la mère. Le vent l'a porté dans son ventre. La terre est sa nourrice et son réceptacle. Le Père de tout, le Thélème du monde universel est ici. Sa force ou puissance est entière si elle est convertie en terre.

Tu sépareras la terre du feu, le subtil de l'épais, doucement avec grande industrie. Il monte de la terre et descend du ciel, et reçoit la force des choses supérieures et des choses inférieures. Tu auras par ce moyen la gloire du monde, et toute obscurité s'enfuira de toi. C'est la force, forte de toute force, car elle vaincra toute chose subtile et pénétrera toute chose solide. Ainsi, le monde a été créé. De cela sortiront d'admirables adaptations, desquelles le moyen est ici donné. C'est pourquoi j'ai été appelé Hermès Trismégiste, ayant les trois parties de la philosophie universelle. Ce que j'ai dit de l’œuvre solaire est complet."












LES MYSTÈRES D'ELEUSIS
[700 av. J-C / Grèce Antique]


Le Voyage de l'âme - La (re)naissance

La ville d'Eleusis, à 25 km d'Athènes, était dédiée au culte de Déméter (Déesse de la fertilité) qui apprit aux hommes l'agriculture. Les mystères d’Éleusis se déroulaient alors en deux parties : Au printemps avaient lieu "les petits mystères" - rites préliminaires non frappés par le sceau du secret, et à l’automne (fin septembre-début octobre) se tenaient "les grands mystères" - cérémonies secrètes que les initiés ne devaient en aucun cas divulguer.



LE MYTHE DE DÉMÉTER / PERSÉPHONE


(Perséphone et Hadès)
Perséphone (anciennement Coré "la fille" par opposition à Déméter "la mère") fut enlevée par Hadès. Terrassée par la nouvelle, sa mère partit à sa recherche. C'est sous l'apparence d'une vieille femme que Déméter chemina jusqu'à Eleusis. Une fois arrivée, elle fut reçue par Céléos et Métanire. Elle mit alors fin à son jeûne en buvant le kykéon, et se chargea en secret d'immortaliser leur fils Démophon (en le plongeant dans le feu). Surprise par Métanire, elle s'interrompt et révèle à ses hôtes sa divinité ainsi que ses connaissances qu'elle leurs chargera de transmettre.

Toujours inconsolable par la perte de sa fille, Déméter décida d'empêcher les semailles de germer. Zeus et les autres Dieux la supplièrent de laisser pousser les cultures mais elle menaça d'affamer l'humanité si elle ne revoyait pas sa fille. Zeus céda et envoya Hermès chercher Perséphone dans le monde souterrain des Enfers. Hadès accepta de rendre Perséphone à sa mère mais cette dernière, ayant mangé les grains de grenade, était liée pour l'éternité au royaume d'Hadès. Un compromis sera malgré tout trouvé : Perséphone montera vers le Ciel au printemps, et retournera sous Terre à l'automne.



L'INITIATION AUX MYSTÈRES
Les petits mystères, ouverts à tous, ont lieu à Agraï, à l’est d’Athènes, sur les rives du fleuve Ilissos. Ils se déroulent principalement sous la forme de rites de purification dans les eaux du fleuve. C’est au cours des petits mystères que débute l’instruction des candidats à l’initiation. Ces derniers, à la fin des cérémonies, prennent le nom de mystes "initié".

À l’automne ont lieu les grands mystères, rites s’étalant sur 10 jours accessibles aux seuls mystes. Ils débutent par le départ d’une procession de jeunes hommes, les éphèbes, se rendant d’Athènes jusqu’à Éleusis pour y chercher les hiéras (objets sacrés). Ceux-ci sont ensuite rapportés voilés jusqu’à Athènes, où ils sont déposés dans le sanctuaire de l’Éleusinion. Les cérémonies se poursuivent pour les mystes par un bain purificateur dans la mer, où est également plongé un porcelet qui est ensuite sacrifié. Une nouvelle procession part alors d’Athènes pour retourner à Éleusis et y rapporter les hiéras. À Éleusis se déroulent des célébrations de Déméter et Perséphone et des sacrifices en leur honneur. L'initiation aux grands mystères a lieu dans le Télestérion, après consommation d’une boisson sacrée, le kykéon.

http://cosmobranche.free.fr/MythesSocietesSecretes.htm

LE SCEAU DU SECRET
Seuls les initiés avaient le droit de pénétrer dans le Télestérion et d'assister aux mystères. Nul n'avait le droit d'en révéler le secret sous peine de mort. Il est donc difficile de savoir précisément ce qui se passait lors de ces cérémonies. Ils comprenaient probablement des représentations sacrées de la quête terrestre de Déméter à la recherche de sa fille Perséphone. Les initiés eux-mêmes entraient alors dans la peau de Déméter, errant dans le Télestérion plongé dans l’obscurité. La fin de la quête de la déesse et la réapparition à la surface de Perséphone est signifiée par le retour de la lumière dans le temple et la présentation aux initiés d’un épi de blé. Les grands mystères comprennent une seconde étape, à laquelle ne peuvent participer que ceux qui ont été initiés depuis une année au moins. Il s’agit certainement aussi d’une représentation sacrée, mais qui, évoquant l’union de Déméter et de Zeus, se rapproche plus d’un culte de la fertilité. C’est à la fin de cette étape que les initiés prennent le nom d’epoptes "ceux qui savent".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://diskutime-shqiptare.fr-bb.com
 
Zbuloni kush ka deshire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: bota-
Sauter vers: